CNRS Université Paris-Sud 11



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

CSNSM - UMR8609
Bâtiments 104 et 108
91405 Orsay Campus

+33 1 69 15 52 13
104 +33 1 69 15 50 08
108 +33 1 69 15 52 68
Mentions légales

Accueil > Séminaires > Séminaires passés > Séminaires de 2010 > Après le niobium : développement d’une nouvelle famille de supraconducteurs pour les cavités radiofréquences accélératrices

Claire Antoine

Après le niobium : développement d’une nouvelle famille de supraconducteurs pour les cavités radiofréquences accélératrices

Jeudi 25 Mars 2010, à 11h00

Les limitations de la supraconductivité radiofréquence (SRF) sont mal expliquées par la théorie de la supraconductivité classique. Ces dernières années ont vu apparaitre un réel effort expérimental et théorique sur la compréhension des phénomènes physiques mis en jeu près de la surface du supraconducteur le plus utilisé en SRF : le niobium. Celui-ci arrive aujourd’hui à ses limites ultimes, mais le travail théorique mené ces dernières années, en particulier par A. Gurevich (ASC-FSU), permet de proposer de nouvelles structures composites qui devraient enfin dépasser le monopole du niobium.

Les études de surface ont joué un grand rôle dans ces progrès.

Nous allons décrire une partie de ce travail expérimental mené sur le niobium, les conclusions qu’on a pu en tirer, ainsi que les premiers résultats expérimentaux sur des structures composites, dont on espère qu’elles auront des performances accrues par rapport à un supraconducteur classique.

Nous termineront sur les développements encore nécessaires pour poursuivre cette étude et arriver à la réalisation de cavités RF pour accélérateurs de particules.