CNRS Université Paris-Sud 11



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

CSNSM - UMR8609
Bâtiments 104 et 108
91405 Orsay Campus

+33 1 69 15 52 13
104 +33 1 69 15 50 08
108 +33 1 69 15 52 68
Mentions légales

Accueil > Séminaires > Séminaires passés > Seminaires de 2013 > Biofilm, la société des microbes

Romain Briandet (Micalis, UMR1319, INRA AgroParisTech)

Biofilm, la société des microbes

Mercredi 4 décembre - 16h - Bât 108

La vie microbienne fourmille sur la plupart des surfaces de notre planète. Un support, de l’eau et quelques nutriments suffisent aux micro-organismes pour amorcer la construction de véritables forteresses dénommées biofilms, dont la cohésion est assurée par une matrice extracellulaire essentiellement composée d’un gel gluant de polymères complexes. Ces architectures microscopiques impactent notre quotidien de bien des manières puisqu’elles peuvent se former dans les milieux naturels, industriels et médicaux. Et pour les colocataires de la matrice, il y a bien des avantages à ce mode de vie communautaire : tolérance aux molécules antimicrobiennes et aux systèmes de défenses immunitaires de l’hôte dans le cas d’infections chroniques, résistance au stress hydrodynamique et aux opérations de nettoyage sur les équipements industriels, ou encore protection vis-à-vis du broutage amibien et de l’action des polluants toxiques dans l’environnement. La diversité des stratégies de survie développées par ces écosystèmes de surface commence juste à être décryptée chez des systèmes modèles rudimentaires. Loin d’être de simples assemblages tridimensionnels de cellules identiques, les biofilms sont constitués de sous-groupes hétérogènes dotés d’activités sociales qui participent très largement à leur succès écologique. Les récentes avancées dans la compréhension des mécanismes moléculaires impliqués et de leur régulation autorisent aujourd’hui les chercheurs à proposer de nouvelles stratégies ciblées pour mieux les maîtriser. Et si, historiquement, les recherches se sont d’abord focalisées sur la lutte contre les biofilms nuisibles, le détournement pour des utilisations biotechnologiques des singularités de la vie microbienne en biofilm est en plein essor. Transformation de nos déchets en gaz ou biopolymères, production d’électricité par des biopiles, bioprotection des aliments et même restauration de monuments historiques... ces colonisateurs de surface pourraient rapidement devenir de précieux alliés.

PDF - 17.9 ko
Affiche du séminaire