CNRS Université Paris-Sud 11



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

CSNSM - UMR8609
Bâtiments 104 et 108
91405 Orsay Campus

+33 1 69 15 52 13
104 +33 1 69 15 50 08
108 +33 1 69 15 52 68
Mentions légales

Accueil > À noter > Hubert Doubre

Hubert Doubre

C’est avec une grande émotion et une profonde tristesse que nous avons appris le décès d’Hubert Doubre, survenu mercredi 2 juillet.

Ancien élève de l’Ecole Normale d’Instituteurs du Loiret, Hubert Doubre avait poursuivi ses études à l’Ecole Normale Supérieure de Saint-Cloud. Après son agrégation en sciences physiques, il obtint un doctorat d’État en physique nucléaire expérimentale. Hubert Doubre consacra l’essentiel de ses activités à l’enseignement supérieur et à la recherche.
 
Chercheur associé à l’Université de Washington (Seattle, 1978-1979), il a par la suite été physicien résident au GANIL (Grand Accélérateur National d’Ions Lourds, Caen) jusqu’en 1990, avant d’en devenir le Directeur adjoint jusqu’en 1993. Hubert Doubre a alors rejoint l’Université Paris Sud en tant que Directeur du CSNSM, fonction qu’il a assumée jusqu’en 2001. Professeur à l’Université Paris Sud depuis 1994, Hubert Doubre s’est impliqué dans différentes filières, dont le Magistère de Physique Fondamentale, la Licence EEA, ainsi que dans l’Ecole Doctorale Rayonnements et Environnement qu’il a dirigée de 2001 à 2003.

Après sa thèse en 1978 sur la diffusion élastique des ions lourds, Hubert Doubre a continué ses recherches au GANIL sur l’étude des réactions nucléaires. Il a travaillé aux plus hautes énergies accessibles de l’époque et s’intéressait plus particulièrement à la thermodynamique associée à ce type de réactions. Après son arrivée à Orsay, Hubert Doubre s’est intéressé à la mesure des masses des noyaux exotiques sur l’installation ISOLDE du CERN.
 
En parallèle, il a été Directeur du Programme interdisciplinaire du CNRS sur l’aval du cycle électronucléaire (PACEN) de 1997 à 2006, et membre du Conseil National des Universités dont il a assuré la présidence de la 29ème section de 2000 à 2003. Au cours de sa carrière, il a été membre de nombreux comités (NuPECC, Conseil scientifique de l’IN2P3, Conseil scientifique de l’INSU, Commission spécialisée des sciences de la Terre, Conseil de Direction de l’IN2P3, Commission Nationale d’Evaluation, Comité d’éthique du CNRS) dans lesquels son expertise était très appréciée. Pédagogue par excellence, Hubert Doubre a aussi contribué significativement à l’encyclopédie Universalis, notamment sur les éléments superlourds. Il a aussi participé au lancement des conférences NEPAL (Noyaux et Particules au Lycée).

Professeur émérite depuis 2006, il continuait à mener une vie scientifique active. Il s’employait notamment à comprendre et expliciter les paradoxes de la relativité et de la physique quantique qui constituaient selon lui le sel de la physique moderne.

Ses collègues se souviendront de lui comme d’un homme droit, modeste et lucide, attentif aux autres, plus soucieux de comprendre que de dominer les gens et les choses. Un homme de culture aussi : scientifique, artistique, littéraire et politique, à un degré rare. Son engouement pétillant pour les sciences, si communicatif, nous manquera.

L’IN2P3, le CSNSM et tous ses collègues ont une pensée toute particulière pour sa femme, ses trois enfants ainsi que ses amis.