CNRS Université Paris-Sud 11



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

CSNSM - UMR8609
Bâtiments 104 et 108
91405 Orsay Campus

+33 1 69 15 52 13
104 +33 1 69 15 50 08
108 +33 1 69 15 52 68
Mentions légales

Accueil > Services Techniques > Instrumentation > L’atelier

L’atelier

L’atelier

L’atelier réalise les pièces sur diverses machines outils conventionnelles (2 fraiseuses, 4 tours, 1 rectifieuse, 1 taraudeuse) et sur machine à commande numérique (un tour en mutualisation et une fraiseuse). Il intervient également pour tous travaux de soudure fine (chaudronnerie blanche pour vide). Enfin, il peut prendre en charge le montage des ensembles expérimentaux, éventuellement sur site.

  1. Ralentisseur cibles Sidonie
  2. Tandetron
  3. Betatronc (Solange)
  4. Porte-cibles multiple


Ralentisseur cibles Sidonie

Dans le cadre de la jouvence de l’accélérateur Sidonie, les ateliers ont eu à réaliser une chambre équipée d’un barillet permettant de travailler sur 10 échantillons sans remise à l’air de l’ensemble. Parmi les difficultés rencontrées sur ce genre de réalisation, il y a celui lié à la haute tension. En effet, la partie cible de cet ensemble est porté au potentiel de 50 kV, alors qu’à quelques centimètres de là, le technicien de la machine doit intervenir pour manipuler les commandes de rotation et de positionnement des cibles. L’atelier a donc eu une astucieuse idée afin d’éliminer les arêtes vives, qui sont la cause principale des claquages électriques, en montant des anneaux toriques sur tous les contours intérieurs et extérieurs des tôles. La liaison mécanique est réalisée en jouant sur les différentes dilatations thermiques des pièces à assembler. On chauffe la partie femelle et on refroidit dans un bain d’azote liquide la pièce mâle afin d’obtenir une liaison définitive lorsque l’ensemble retourne à la température ambiante. Un deuxième problème résolu, grâce à des relations permanentes et fructueuses entre les techniciens d’atelier et les ingénieurs responsables de la machine, a été de réaliser un ensemble permettant d’ouvrir et de manipuler la bride de fermeture contenant le barillet-cible. Ce couvercle est donc monté sur deux rails télescopiques qui supportent les axes de rotations de l’ensemble. Cela permet ainsi de reculer et basculer le dispositif pour changer les cibles sans effort trop important pour l’opérateur.


Tandétron

Le travail effectué sur la source d’ions du tandétron de Gif surYvette, est un travail cyclique pour l’atelier du laboratoire, l’alignement de celle-ci n’étant pas très stable dans le temps. Le problème est lié à une conception mécanique ancienne et aléatoire qui est accentué par la taille assez réduite des éléments à aligner.

La problématique que le technicien d’atelier avait à résoudre, était de trouver une solution permettant d’avoir une certitude sur les positions relatives entre cette source et le ioniseur qui reste implanté à l’intérieur de la machine. La solution technique développée a donné des résultats jamais atteints dans l’alignement de cette source et une recherche sur un nouveau matériau pour réaliser la pince de maintien des navettes est en cours d’étude et de développement.


Betatronc (Solange)

L’adjonction devant le guide d’électrons du laboratoire d’une lentille magnétique toroïdale a été réalisée à l’atelier du C.S.N.S.M. en deux étapes successives. Elles ont nécessité chacune une refonte complète de la partie de l’instrument contenant la cible et la source d’électrons. Les problèmes techniques sévères correspondent au fonctionnement sous vide de 8 puis 10 spires en cuivre refroidies par contact, parcourues en série par 250 ampères, ont été résolus. L’ensemble, opérationnel pour un fonctionnement en ligne par accélérateur, possède des caractéristiques intéressantes, et son usage suggère de nouveaux perfectionnements.


Porte cibles multiple

Dans le cadre du projet « Micrométéorites et Nucléosynthèse dans le Système Solaire Primitif », le groupe Mécanique a fourni son aide à deux réalisations. Pour comprendre les phénomènes d’irradiation des poussières interplanétaires dans le système solaire primitif, une expérience de mesure de section efficace de production du noyau 26Al a été réalisée en novembre 2000 au Tandem d’Orsay. Une des contraintes majeure de cette expérience était de pouvoir utiliser un grand nombre de cibles pour réaliser des mesures à différentes énergies de faisceau. Ainsi, le service Mécanique a conçu puis réalisé un porte-cibles multiple comprenant 10 positions réglables par un moteur électrique commandé depuis la salle d’acquisition. Un plan complet 3D de la totalité du dispositif expérimental (chambre à réaction, porte-cibles multiple, détecteur, cage de Faraday) a été réalisé et une aide technique fournie pendant toutes les phases de l’expérience (montage, réalisation, démontage).