CNRS Université Paris-Sud 11



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

CSNSM - UMR8609
Bâtiments 104 et 108
91405 Orsay Campus

+33 1 69 15 52 13
104 +33 1 69 15 50 08
108 +33 1 69 15 52 68
Mentions légales

Accueil > Séminaires > Séminaires passés > Séminaires de 2011 > La matrice des chondrites ordinaires non équilibrées : contraintes minéralogiques des processus post-accrétionnels

Dans la même rubrique

Elena Dobrica

La matrice des chondrites ordinaires non équilibrées : contraintes minéralogiques des processus post-accrétionnels

Jeudi 7 Juillet 2011, 11h

La matrice des chondrites ordinaires non équilibrées est un matériel à grain fin, très sensible aux modifications pré- et post-accrétionnelles. Une étude par microscopie électronique en transmission (MET) a été réalisée pour reconstituer l’environnement dans lequel la matrice s’est formée dans le système solaire et a évolué lors du métamorphisme thermique et/ou de l’altération aqueuse sur le corps parent. Très étudiées dans les chondrites carbonées, les conditions du métamorphisme dans les chondrites ordinaires, et notamment le rôle des fluides reste largement mal connu. Je développerai le cas de Tieschitz (H/L3.6), pour laquelle nous avons caractérisé la minéralogie, la pétrographie et les hétérogénéités chimiques. Cette météorite possède plusieurs caractéristiques uniques, notamment deux types de matrices, appelées "matrice blanche" et "matrice noire". La matrice blanche est particulièrement enrichie en Na et Al alors que la matrice noire contient plutôt des minéraux riches en Fe et Mg. Il a été suggéré que la matrice blanche pourrait être formée par la dissolution partielle de la mésostase des chondres, suivie par la redéposition des éléments lessivés, sous forme de veines. La matrice noire présente des cavités qui ressemblent à des µ-géodes tapissées d’amphiboles. Nous montrons en particulier que ces deux matrices ont subi les effets de processus métasomatiques en présence de fluides. L’étude de ces deux matrices souligne l’importance des processus hydrothermaux dans l’évolution métamorphique des chondrites ordinaires. Ces processus qui sont ubiquistes dans les chondrites carbonées, ont donc également un rôle majeur dans l’évolution des chondrites ordinaires.