CNRS Université Paris-Sud 11



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

CSNSM - UMR8609
Bâtiments 104 et 108
91405 Orsay Campus

+33 1 69 15 52 13
104 +33 1 69 15 50 08
108 +33 1 69 15 52 68
Mentions légales

Accueil > Séminaires > Séminaires passés > Séminaires de 2011 > Energie nucléaire : quels systèmes pour quel futur ?

Dans la même rubrique

Sylvain David (IPNO)

Energie nucléaire : quels systèmes pour quel futur ?

Jeudi 6 Janvier 2011, 16h15

Les prévisions de la consommation d’énergie d’ici 2050, ainsi que le devoir de réduire les émissions de gaz a effet de serre, nous oblige a envisager ce que pourrait être une énergie nucléaire contribuant de façon significative à la demande mondiale dans les décennies qui viennent, qui pourrait représenter jusqu’à 25% de la consommation mondiale d’énergie primaire d’ici la fin du siècle.

Les filières actuelles seules, basées sur l’uranium 235, ne permettent pas d’envisager une production durable d’énergie nucléaire, tant du point de ressources que de la gestion des déchets. Les réacteurs de 4ème génération, toujours basés sur la fission, permettent quant à eux d’envisager une production d’énergie massive pendant des milliers d’années, et offrent également la possibilité de mettre en œuvre la transmutation des actinides mineurs, qui dominent la radiotoxicité des déchets à long terme, ainsi que la chaleur résiduelle, paramètre clé du dimensionnement des sites de stockage géologiques.

Dans ce cadre, nous présenterons un modèle simplifié de construction d’un monde énergétique en 2050 qui aboutit à une contribution significative d’énergie nucléaire. Nous détaillerons certains résultats obtenus au CNRS/universités sur les performances des divers systèmes de 4ème génération envisagés, ce qui illustrera les contraintes liées au déploiement de nouveau réacteurs, qu’il s’agisse de réacteurs à neutrons rapides refroidis au sodium, de réacteurs à sels fondus ou de réacteurs à eau utilisant le cycle du thorium.

Enfin nous discuterons des avantages et des inconvénients de la mise en œuvre de la transmutation des actinides mineurs. Nous tenterons d’éclairer le débat autour de cette question épineuse qui conduit à un clivage important des différentes communautés impliquées, et qui devra être tranché (au moins en partie) en 2012 dans le cadre de la loi de 2006 sur la gestion des déchets nucléaires.