CNRS Université Paris-Sud 11



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

CSNSM - UMR8609
Bâtiments 104 et 108
91405 Orsay Campus

+33 1 69 15 52 13
104 +33 1 69 15 50 08
108 +33 1 69 15 52 68
Mentions légales

Accueil > Séminaires > Séminaires passés > Séminaires de 2010 > Nos océans, matière extraterrestre

Francis Albarède

Nos océans, matière extraterrestre

Lundi 11 janvier 2010, à 10h30

D’après nos livres, l’océan et l’atmosphère se sont formés à partir des gaz volcaniques et l’intérieur de la Terre est riche en éléments volatils. Or, les roches du manteau révèlent que notre planète et ses soeurs sont certainement nées très pauvres en eau. Principale raison avancée, lors de la formation du Système Solaire, la température ne serait jamais descendue suffisamment bas entre le Soleil et l’orbite de Jupiter pour que ces éléments puissent se condenser avec le matériau planétaire. L’arrivée de l’eau sur Terre correspond donc un épisode tardif. Il est admis que les planètes terrestres se forment en quelques millions d’années par agglomération d’astéroïdes puis de proto-planètes . L’arrivée du dernier de ces gros objets correspond à l’impact lunaire il y a 30 millions d’années après la formation du Système Solaire. Ce remue-ménage se fait largement entre les objets planétaires localisés en deçà de la ligne de neige, c’est-à-dire approximativement entre le Soleil et la ceinture des astéroïdes. Cet espace balayé par les vents électromagnétiques du jeune Soleil est alors trop chaud pour que l’eau et les éléments volatils s’y condensent.

Francis Albarède s’appuie sur un ensemble important d’observations diverses pour montrer que la livraison majeure des éléments volatils sur notre planète correspond à un phénomène qui s’est déroulé quelques dizaines de millions d’années après l’impact lunaire : à leur formation, les planètes géantes envoient dans toutes les directions, y compris la nôtre, les derniers gravats du Système Solaire couverts de glace. Pénétrant dans le manteau par la surface, l’eau a ainsi ramolli la Terre et réduit la tension à laquelle les matériaux se brisent. La tectonique des plaques débute alors, et avec elle, l’émergence des continents, conditions probablement nécessaires à l’apparition de la vie. Mars s’est asséchée avant que l’eau n’arrive à pénétrer en profondeur et, en ce qui concerne Vénus, personne ne sait quelles étaient les conditions avant le violent remodelage de sa surface, il y a 800 millions d’années, par un volcanisme intense.