CNRS Université Paris-Sud 11



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

CSNSM - UMR8609
Bâtiments 104 et 108
91405 Orsay Campus

+33 1 69 15 52 13
104 +33 1 69 15 50 08
108 +33 1 69 15 52 68
Mentions légales

Accueil > Groupes de recherche > Structure du noyau > Fission Induite et Noyaux Exotiques > Derniers "faits marquants" sur le sujet > Nouvelle étape vers la description du noyau 78Ni

Dans la même rubrique

Nouvelle étape vers la description du noyau 78Ni

Le noyau 78Ni (28 protons, 50 neutrons) est-il doublement magique ?
Grâce à une réaction de fusion-fission étudiée par spectroscopie gamma, les états de hauts spins de 83As ont été mesurés et publiés dans la revue Physical Review C. Les informations recueillies sur cet isotope qui ne comporte que 5 protons de plus que 78Ni constituent une étape importante vers la compréhension de la structure de ce noyau possédant des nombres magiques de protons et neutrons, mais avec un grand excès de neutrons par rapport aux protons.


 
Un effort intense de la communauté de physique nucléaire porte de nos jours sur l’étude de l’évolution des nombres « magiques » sphériques (2, 8, 20, 28, 50, 82, 126), lorsque l’on s’éloigne de la vallée de stabilité. La caractérisation du gap sphérique N=50, spécialement son évolution vers un large excès de neutrons par rapport aux protons, est un des objectifs de notre travail. La fission induite par ions lourds, également appelée fusion-fission, est un des rares mécanismes permettant de produire des isotopes riches en neutrons dans des états de spins élevés. C’est ainsi le cas de la réaction 18O+ 208Pb qui a été réalisée à Strasbourg, les désexcitations gamma des fragments de fission ayant été détectées avec le multidétecteur gamma Euroball.

Cette réaction a d’ores et déjà donné de nombreux résultats, notamment dans la région N=50. Le tout dernier résultat permet de s’approcher encore un peu plus du noyau mythique 78Ni : les schémas de niveaux de 81As et 83As ont ainsi été établis à hauts spins jusqu’à environ 3.5 MeV d’énergie d’excitation. La connaissance des états de l’isotope 83As, qui ne comporte que 5 protons de plus que 78Ni, constitue une avancée importante pour contraindre les calculs de modèle en couches les plus récents dans cette région de noyaux.


 
L’analyse des données des réactions de fusion-fission est un travail de longue haleine, car il faut démêler les transitions gamma émises par plus d’une centaine de noyaux produits. Mais ce travail est payant puisque l’article sur 83As est le 19ème article publié consacré aux résultats de cette réaction !


 
Contact chercheurs au CSNSM Orsay : Marie-Geneviève Porquet, Alain Astier
Référence de l’article :
Physical Review C 84, 054305 (2011)