CNRS Université Paris-Sud 11



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

CSNSM - UMR8609
Bâtiments 104 et 108
91405 Orsay Campus

+33 1 69 15 52 13
104 +33 1 69 15 50 08
108 +33 1 69 15 52 68
Mentions légales

Accueil > Séminaires > Séminaires passés > Séminaires de 2009 > Synthèse de nanostructures métalliques sous faisceau d’ions

My-Anh Nguyen

Synthèse de nanostructures métalliques sous faisceau d’ions

Mercredi 14 octobre 2009, à 10h00

Ce travail présente une approche originale de la synthèse par implantation ionique de nanostructures enterrées. Cette synthèse hors équilibre thermodynamique comprend deux étapes, la première consiste à maîtriser la formation de nanocavités dans la matrice semi-conductrice, la seconde à utiliser les surfaces libres ainsi générés pour favoriser la croissance de siliciure en piégeant les défauts ponctuels (lacunes, interstitiels) liés à l’implantation ou encore les éléments implantés.

La maitrise de la première étape implique le contrôle de la distribution en taille, de la densité et de la localisation des nanocavités. Cette thèse présente, à travers la variation des paramètres expérimentaux tels que l’énergie d’implantation, la température ou encore le temps de recuit, une étude détaillée de la formation des nanocavités. Les mécanismes de germination croissance impliqués ont été étudiés et sont présentés. Un résultat remarquable de cette première étape est la mise en évidence d’un processus de croissance faisant intervenir deux contributions pondérées dans le temps. Dans les tous premiers instants du recuit un processus de migration coalescence de nanobulles et complexes lacunes-hélium prédomine conduisant à la formation des cavités. Puis, associé à l’exodiffusion d’hélium un mécanisme de mûrissement d’Oswald apparaît progressivement entr¬e les nanocavités et les cavités.
La deuxième étape a été abordée dans le cas du cobalt et du nickel. Nous avons notamment mis en évidence que la présence des nanocavités conduit à une croissance épitaxiale de nano précipités de CoSi2 lors de l’implantation de Co à 650°C, alors que la synthèse classique de précipités de CoSi2 cohérents avec la matrice de Si nécessite un recuit à 1000°C.
Nous faisons le lien entre ce résultat et les modèles de germination croissance de ce type de siliciure métallique, et proposons une explication liée au piégeage des lacunes par les nanocavités.

À côté des techniques d’implantation et de caractérisation par faisceau d’ions, utilisées lors de la synthèse des échantillons, la technique d’investigation principale sur laquelle repose ce travail est la Microscopie Electronique à Transmission conventionnelle (MET). Les observations en champ clair, ont permis d’identifier et de quantifier la formation des nanocavités alors qu’à partir des observations en champ sombre, j’ai pu déterminer la nature des précipités (interface de croissance cohérente ou semi-cohérente avec la matrice).