CNRS Université Paris-Sud 11



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

CSNSM - UMR8609
Bâtiments 104 et 108
91405 Orsay Campus

+33 1 69 15 52 13
104 +33 1 69 15 50 08
108 +33 1 69 15 52 68
Mentions légales

Accueil > Actualités > Spectrométrie de Masse par Accélérateur > Thèmes de recherche

Dans la même rubrique

Thèmes de recherche

Thèmes de recherche

1. Etude des variations du rayonnement cosmique :

Les mesures de 10Be effectuées dans différentes carottes de glaces polaires (Summit, GRIP (Groenland), Vostok, Dome B (Antarctique)) ont pour objectifs :

  • De retracer l’histoire de l’activité solaire (cycle de 11 ans, minimum de Maunder, Spörer, etc...).
  • De contribuer à l’établissement d’une chronologie, soit par l’estimation du taux d’accumulation de la glace, soit par des repères stratigraphiques (par exemple le pic de concentration de 10Be observé à 40 000 ans).

La mesure du rapport 10Be/9Be dans les phases authigéniques (phases formées à partir des éléments dissous dans l’eau de mer) des sédiments marins est utilisée pour retracer les variations passées de l’intensité du champ magnétique terrestre.

2. Géotraçage :

L’essentiel du 10Be formé dans l’atmosphère s’accumulant dans les dépôts sédimentaires et, du fait de son temps de demi-vie très court relativement à l’âge de la Terre, toute composante primordiale ayant disparue, ce cosmonucléide est utilisé pour mettre en évidence la participation de jeunes sédiments (âge <5.106ans) à divers processus géophysiques (hydrothermalisme sous-marin, subduction).

3. Géomorphologie quantitative :

Le 10Be et l’26Al produits dans le quartz de roches exposées en surface (production in-situ) sont utilisés pour déterminer, soit leur durée d’exposition au rayonnement cosmique, soit le taux d’érosion affectant les surfaces où elles sont déposées.

4. Métabolisme de l’aluminium :

L’aluminium a été reconnu comme élément généralement toxique pour les humains, pour lesquels il peut être responsable de troubles neurologiques, osseux ou sanguins. Le développement de la S.M.A. permet d’étudier l’absorption, l’excrétion et la rétention tissulaire de l’aluminium en utilisant l’26Al.

5. Océanographie :

L’129I, produit de fission, de période 15.106 ans, émis notamment par les usines de retraitement de combustible nucléaire, est un traceur océanographique très puissant. Dans l’Atlantique Nord en particulier, du fait des rejets de La Hague (France) et de Sellafield (U.K.), cet isotope permet de tracer la formation d’eau profonde, phénomène ayant des implications climatiques importantes.