CNRS Université Paris-Sud 11



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

CSNSM - UMR8609
Bâtiments 104 et 108
91405 Orsay Campus

+33 1 69 15 52 13
104 +33 1 69 15 50 08
108 +33 1 69 15 52 68
Mentions légales

Accueil > Archives > 2013 > Triaxialité et isomèrisme à hauts spins dans les noyaux proches de la fermeture de couche N=82

Romain Leguillon

Triaxialité et isomèrisme à hauts spins dans les noyaux proches de la fermeture de couche N=82

Jeudi 17 octobre 2013

Le but de ce travail consiste à apporter des preuves expérimentales de l’existence de la déformation triaxiale stable à hauts spins et des isomères pouvant être induits par la coexistence de la déformation triaxiale avec d’autres formes nucléaires pour les noyaux proches de la fermeture de couche N = 82 et Z > 50.

Cette soutenance s’organise autour de deux noyaux : le 135La et le 140Nd. L’expérience réalisée au « Research Center of Nuclear Physics » (RCNP) de l’ Université d’Osaka visait à étudier les isomères de hauts spins et à développer les schémas de niveaux des noyaux de 135La, 136La et 136Ba. Pour ce faire, nous avons utilisé un faisceau radioactif de 17N de 80 MeV créé par la réaction directe de 18O sur une cible 9Be et sélectionné à l’aide d’un spectromètre achromatique.
Le faisceau radioactif de 17N bombardait une cible de 124Sn de 20 mg/cm2 d’épaisseur pour produire les noyaux d’intérêt par une réaction de fusion-évaporation. Les résultats obtenus pour le 135La comprennent la construction et la discussion du schéma de niveau et la mesure de la durée de vie de deux isomères connus.

La deuxième partie de la soutenance se focalise sur l’interprétation de deux expériences différentes réalisée en utilisant la même combinaison de faisceau-cible 48Ca + 96Zr à une énergie légèrement différentes et deux dispositifs expérimentaux différents, EUROBALL et JUROGAM II + RITU + GREAT, pour étudier les isotopes du néodyme de 138Nd à 141Nd. Seul le noyau de 140Nd sera évoqué. La multitude de bandes de spin élevé observées dans ce noyau sont discutées dans le cadre du modèle « Cranked Nilsson - Strutinsky » (CNS) et du modèle « Tilted Axis Cranking » (TAC). Les bandes de hauts spins observées dans les noyaux de 138-141Nd sont toutes interprétées comme basées sur un minimum d’énergie associé à une déformation triaxiale. Elles représentent donc un fort soutien à l’existence de la forme nucléaire triaxiale stable à hauts spins. De plus l’isomère de haut spin 27– a également été identifié dans le 140Nd qui, combinée avec l’isomère 20+ précédemment connu dans le même noyau va permettre d’extraire pour la première fois une valeur expérimentale de la différence d’énergie entre les orbitales πh11/2 et π(d5/2g7/2) à hauts spins.

PDF - 96.7 ko
Affiche de la présentation