CNRS Université Paris-Sud 11



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

CSNSM - UMR8609
Bâtiments 104 et 108
91405 Orsay Campus

+33 1 69 15 52 13
104 +33 1 69 15 50 08
108 +33 1 69 15 52 68
Mentions légales

Accueil > Séminaires > Séminaires passés > Seminaires de 2013 > Véronique Leclerc (IRSTEA/QUAE)

Le secret des algues

Véronique Leclerc (IRSTEA/QUAE)

mardi 14 mai 2013 - 14h

Marées vertes, algues toxiques, pluies sanglantes ou bien encore, carburant du futur, médicament d’avenir, aliment indispensable d’une alimentation saine : les médias mettent souvent les algues sur le devant de la scène. Vous pensez sans doute que les algues n’ont plus rien à vous apprendre et ne peuvent certainement pas vous surprendre ? Détrompez-vous, car ce sont les plus anciennes formes de vie que la Terre ait porté. Elles ont inventé la sexualité, fabriqué le premier oxygène biologique et participé à la mise en place de la couche d’ozone. Elles ont aussi rodé la vie en couple et le mariage mixte. Elles ont été dans les premières à coloniser la terre ferme et à préparer le sol pour les autres plantes.
Elles font même dorénavant partie de notre quotidien en intégrant la composition de bon nombre de produits d’utilisation courante sans que nous le sachions la plupart du temps. Yaourts, crèmes glacées, confitures, pâtisseries, pizzas, charcuterie, légumes en conserve mais aussi papiers, tissus, médicaments, vaccins, dentifrices, bières et vins, biocarburants ou encore cosmétiques et engrais agricoles, les algues sont entrées discrètement dans notre vie. Elles font aussi parler d’elles de façon plus spectaculaire avec les problèmes d’eutrophisation des milieux aquatiques et des problèmes de marées vertes en Bretagne ou des blooms d’algues toxiques avec les ostréiculteurs.
Mais ce n’est pas tout car les algues font aussi pousser le riz, elles vaccinent les plantes, favorisent la formation de nuages au-dessus des océans, indiquent les endroits où manger aux oiseaux de mer. Et il y en a partout, dans l’eau certes mais aussi sur le tronc d’un arbre, le bord d’une toiture ou sur le sommet du plus haut glacier ; dans le désert le plus sec du monde jusqu’à l’Antarctique et même dans les narines des tortues des Galapagos. Microscopiques ou géantes, elles transgressent les frontières et certaines vont même jusqu’à ressembler à des animaux gloutons pour explorer les milieux les plus hostiles.