CNRS Université Paris-Sud 11



Rechercher

Sur ce site

CSNSM - UMR8609
Bâtiments 104 et 108
91405 Orsay Campus

+33 1 69 15 52 13
104 +33 1 69 15 50 08
108 +33 1 69 15 52 68
Mentions légales

Accueil > Séminaires > Séminaires passés > Séminaires de 2008 > Dislocations et plasticité des monocristaux : modèles et simulations, par Ladislas Kubin

Dislocations et plasticité des monocristaux : modèles et simulations, par Ladislas Kubin

Le 2 octobre 2008, à 16h15

Les dislocations sont des défauts linéaires des matériaux cristallisés qui sont responsables à fine échelle de leur déformation plastique, c’est-à-dire rémanente, sous l’effet d’une sollicitation appliquée. Prédire la réponse mécanique des monocristaux est l’un des premiers objectifs assignés dès ses débuts (1934) à la théorie des dislocations. Cet objectif n’a toujours pas été atteint pour plusieurs raisons, qui sont liées à la complexité des comportements individuels et collectifs des dislocations et au très grand nombre d’échelles de temps et de longueur à prendre en compte pour intégrer leurs propriétés essentielles à l’échelle du matériau massif.

Dans quelques cas simples, il est maintenant possible de construire des modèles physiques exempts de paramètres libres en combinant les approches traditionnelles avec des simulations numériques [1]. En particulier, les simulations de dynamique des dislocations (DD), qui travaillent à l’échelle de la microstructure permettent à la fois de traiter les interactions au sein de larges densités de défauts, de guider la modélisation et de "mesurer" les valeurs de la plupart des paramètres mis en jeu.

L’exposé présentera tout d’abord un rappel de quelques propriétés essentielles des dislocations, de leur application aux problèmes de plasticité des métaux, ainsi que les principes de base des simulations de DD. Ces éléments seront appliqués à une approche multiéchelles de la plasticité des cristaux cubiques à faces centrées, allant en plusieurs étapes du comportement individuel des dislocations à celui du monocristal massif. Les deux points principaux sont la modélisation du libre parcours moyen des dislocations et l’étude des phénomènes d’avalanches de dislocations, dont le caractère intermittent a été récemment mis en évidence. Cette étude constitue un premier pas vers des approches véritablement physiques de la plasticité. Ses limites actuelles et ses possibles développements seront discutés.

[1] B. Devincre, T. Hoc et L. Kubin, Science, 320 (2008) 1745.

Contact : Claire Marrache-KIKUCHI