CNRS Université Paris-Sud 11



Rechercher

Sur ce site

CSNSM - UMR8609
Bâtiments 104 et 108
91405 Orsay Campus

+33 1 69 15 52 13
104 +33 1 69 15 50 08
108 +33 1 69 15 52 68
Mentions légales

Accueil > Séminaires > Séminaires passés > Séminaires de 2009 > La nucléosynthèse, sonde de l’Univers primordial

Alain Coc

La nucléosynthèse, sonde de l’Univers primordial

Jeudi 8 janvier 2009, à 16h15

La nucléosynthèse primordiale (BBN), qui s’est déroulée dans les minutes qui ont suivi le Big Bang, a pu être utilisée pour contraindre le nombre de familles de neutrinos et la densité baryonique de l’Univers. Sur ces deux point, elle est surpassée par les expériences LEP pour le premier, et les observations des anisotropies du rayonnement de fond cosmologique, pour le second. Cette nucléosynthèse reste néanmoins un outil précieux pour l’exploration de l’Univers primordial. En effet, lorsque l’on regarde vers le passé, elle représente la dernière époque où, en principe, la physique est connue par des expériences de laboratoire. Elle peut donc permettre de contraindre des théories cosmologiques.

Je présenterai d’abord l’état actuel de la comparaison entre les résultats des calculs de BBN et les observations. Ensuite, je rappellerai la physique du modèle standard de la nucléosynthèse primordiale. Finalement, je résumerai nos travaux récents sur les contraintes apportées par la BBN sur des extensions de la Relativité Générale et la variation des constantes fondamentales.